Informations régionales

Du lundi au vendredi : 6h30, 7h, 7h30, 8h, 8h30, 9h, 12h30, 18h, 18h30. Toute l'actualité de votre région est sur Cannes Radio avec Philippe Muller et Giulia Testaverde. Des articles sur les thématiques qui vous concernent, mais également des replays.

LE 70 ème Festival de Cannes est ouvert!

Clap de départ hier soir au Palais avec Monica Bellucci, Pedro Almodovar, Will Smith, Marion Cotillard et les comédiens du film d'Arnaud Desplechin

Dans l’actualité régionale

Coup de projecteur sur la toute première journée du festival de cannes !

Cet après midi les 9 membres du jury se sont prêtés aux jeu des questions sur les longs métrages en compétition ; A 19H15 c’est la sublime Monaci BELLUCI qui orchestrera la cérémonie d’ouverture du festival.

Suivi de la projection d ‘un long métrage

Le film « Les Fantômes d’Ismaël » sera présenté ce soir en ouverture du Festival de cannes, dans la catégorie Hors Compétition. Les acteurs Marion Cotillard, Matthieu Amalric, Charlotte Gainsbourg et Louis Garrel y sont mis à l’honneur.

Le réalisateur, Arnaud Déplechin, y dépeint la vie d’un cinéaste chamboulé par la réapparition de son amour disparu. Ce film sera diffusé dès aujourd’hui dans les salles de cinéma.

Desplechin nous raconte :

 

L’astronaute français Thomas Pesquet a immortalisé une nouvelle fois la french riviera depuis l’espace. Et cette fois ci il a photographiée bassin cannois le jour du coup d’envoi de la 70 eme édition du festival de cannes.

 

Frédéric vidal vient d’être nommé au gouvernement. LA présidente de l’université de Nice sophia antipolis rejoint le gouvernement d’Edouard Philippe comme ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Précisions à suivre sur les autres ministres dévoilés aujourd’hui à 15H dans notre volet national.

 

 

 

Bonne nouvelle pour les automobilistes azuréens. Ca y est le tunnel de Monaco rouvre ce soir. Il devait rester fermé jusqu'à vendredi. Il rouvrira ce soir en raison du match au stade louis II contre l’as st étienne avec à la clef un titre de champions de France. ECOTA a donc décidé de faire une pause aujourd’hui dans son programme de travaux pour éviter les énormes bouchons sur l’A8 à l’issue du matcH

 

50 cent est le 12 e homme de l’as Monaco.

Et oui la star américaine sera ce dimanche sur la place du palais en principauté pour fêter les excellents résultats de l’équipe du rocher.

Réservé aux abonnés et aux résidents monégasques, l’entrée sera gratuite sur présentation c‘un billet ou e ticket et d’une carte d’identité. Les abonnés et résident peuvent retirer leur place dès ce soir au stade louis II

 

Une bonne nouvelle sur les rails !

A compter du 1 er juin un abonnement mensuel à a carte ZOU va permettre d’utiliser indifféremment les réseaux régionaux ferrés et routiers dans la métropole. Et pour cause la région la sncf et lignes d’azur ont finalement passé un accrod qui simplifiera à coup sur la vie des usagers.

 

 

 

NATIO

 

 

Ca y est le nouveau gouvernement du premier ministre EDOUARD PHILIPPE a été dévoilé aujourd’hui à 15H par ALEXIS KOHLER. L’annonce initialement prévue hier avait été reculée de 24H pour vérifier que tous les potentiels ministres étaient en règle avec le fisc. Un gouvernement paritaire de 22 membres! Une priorité d’Emmanuel macron respectée avec 9 ministres et deux secrétaires d’état qui sont des femmes, et idem pour les hommes sans compter le premier ministre.

Un gouvernement qui se veut éclectique avec des responsables venus de la droite et de la gauche ; pivot de la politique du nouveau président et des membres de la société civile.

 

Aux commandes des principaux ministères on retrouve Nicolas Hulot à la transition écologique de quoi ravir WWF l’ong écologiste,, François Bayrou hérite du portefeuille de la justice, Bruno le Maire de l’économie, SYLIVE GOULARD de la défense et c’est gérard collomb qui devient ministre de l’intérieur. Une décision qui a d’ailleurs été salué par le syndicat SGP POLICE FO qui estime qu’il s’agit d’un geste fort pour les policiers

 

Les choses sérieuses débuteront demain avec le premier conseil des ministres prévu à 11H Sur le haut de la pile de dossiers figurera celui de la moralisation de la vie politique 

 

 

 

 

 

Cotillard et Gainsbourg ouvrent le Festival de Cannes avec "Les fantômes d'Ismaël"

Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg sont réunies pour la première fois dans "Les fantômes d'Ismaël". L'histoire de deux femmes amoureuses du même homme. Le dernier film d'Arnaud Desplechin fait l'ouverture de la 70e édition du Festival de Cannes mercredi. Les deux actrices étaient les invités de Leila Kaddour dans le 20H de France 2.

Deux actrices d'une même génération, à 4 années près. Deux femmes aux styles bien affirmés. Deux mamans dans la vie mais aussi deux comédiennes qui ont tourné avec les plus grands réalisateurs. Si elles se sont longtemps croisées sur les plateaux, sans vraiment se parler et se connaître, Marion Cotillard et Charlotte Gaisbourg se sont enfin rencontrées avec "Les fantômes d'Ismaël".

Et visiblement les deux actrices ont pris plaisir à se découvrir et à se retrouver ensemble devant la caméra. Tout semble croire qu'elles se complètent à merveille. Toutes deux grandes habituées du tapis rouge à Cannes, Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg se remémorent leur meilleur souvenir du Festival. 

Le dernier film d'Arnaud Desplechin, avec Mathieu Amalric dans le rôle masculin, raconte l'histoire de deux femmes amoureuses du même homme. Un film où le passé et le présent cohabitent. Marion Cotillard joue le personnage de la femme revenante. Charlotte Gainsbourg est la fille de la deuxième chance pour Mathieu. Cet intriguant ménage à trois fera ce mercredi l'ouverture du Festival de Cannes, hors compétition.

Le film fait l'ouverture du Festival de Cannes
"Les fantômes d'Ismaël" 
sortie : 17 mai 2017 (1h54 mn)
De Arnaud Desplechin 
Avec : Mathieu Amalric, Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg  
Drame 

Synopsis : A la veille du tournage de son nouveau film, la vie d'un cinéaste est chamboulée par la réapparition d'un amour disparu. 

 

 

Le rideau se lève sur le Festival de Cannes mercredi pour une 70e édition riche en stars, de Nicole Kidman à Dustin Hoffman en passant par Julianne Moore ou Vincent Lindon, mais le géant Netflix joue les trouble-fêtes en bousculant ce rendez-vous mondial du cinéma.

Américains et Français sont présents en force à Cannes avec quatre films chacun dans la course à la Palme d'or qui sera décernée le 28 mai. Une palme exceptionnellement constellée de diamants.
 
Le générique de cette édition, qu'ouvrira mercredi soir par Monica Bellucci en maîtresse de cérémonie avant la projection du dernier Desplechin ("Les Fantômes d'Ismaël"), est riche en étoiles. Nicole Kidman viendra sur la Croisette pour une série et trois films, dont deux en compétition : "Les Proies" de Sofia Coppola et "Mise à mort du cerf sacré" du Grec Yorgos Lanthimos.
 
La Française Isabelle Huppert, auréolée du récent succès d'"Elle", montera les marches, aux côtés de Jean-Louis Trintignant, pour le nouveau long métrage de Michael Haneke ("Happy End"). Avec, qui sait, une troisième Palme d'or pour le réalisateur autrichien.

Deux films Netflix déclenchent la polémique

Une autre rousse, Julianne Moore, foulera le tapis rouge pour "Wonderstruck" de l'Américain Todd Haynes, tout comme Dustin Hoffman qui parie sur l'étoile montante du cinéma indépendant new-yorkais, Noah Baumbach ("The Meyerowitz Stories").
 
Le dernier opus du réalisateur de "Frances Ha" est d'ailleurs, avec celui du Sud-Coréen Bong Joon-ho ("Okja"), le détonateur de la polémique qui a éclaté avant même le lever de rideau : Netflix, le leader américain du streaming aux 100 millions d'abonnés, qui a acquis les droits du film de l'Américain et produit celui du Sud-Coréen, a annoncé que ces deux oeuvres ne sortiraient pas en salles, après l'échec de discussions avec le Festival.
 
Les organisateurs ont été contraints, sous la pression notamment des exploitants de salles, de revoir le règlement pour 2018 : tout film en compétition devra désormais s'engager à être distribué dans les cinémas français.

Personne ne veut céder

"Les polémiques font partie du grand barnum de Cannes. Mais cette fois, c'est un sujet brûlant qui touche à l'identité même du cinéma. Dans ce bras de fer, personne ne veut céder. Pour les exploitants, il n'est pas question de donner une Palme à un film qui ne sortirait pas en salles. Ils ont sauvé la face", estime Laurent Creton, professeur en économie du cinéma à l'Université de la Sorbonne.
 
"Quant à Netflix, il défend un autre modèle fondé sur la diffusion à ses abonnés. Mais il a d'ores et déjà réussi son coup en faisant le buzz. L'important pour Netflix est d'être sélectionné, même hors compétition", ajoute cet expert.
 
La polémique devrait en tout cas réactiver la réflexion sur "la chronologie des médias", cette réglementation française qui impose un délai de trois ans entre une sortie en salles et la diffusion via une plateforme sur abonnement. Encore récemment, des discussions entre professionnels pour raccourcir ce délai ont échoué.

Godard héros du "Redoutable", de Michel Hazanavicius

Le fait qu'un film de Cannes pourrait être privé de projection publique pourrait intéresser celui qui a révolutionné l'écriture cinématographique : reclus en Suisse, Jean-Luc Godard ne fera pas le voyage sur la Croisette mais il y sera présent avec "Le Redoutable", le film que lui consacre Michel Hazanavicius ("The Artist"), situé pendant mai 1968. Le scénario est inspiré du roman de son ex-épouse, Anne Wiazemsky ("Un an après").
 
Autres adaptations : celles du réalisateur franco-polonais Roman Polanski, "D'après une histoire vraie" (hors compétition), tiré du livre de Delphine de Vigan, du Français François Ozon dont "L'Amant double" doit son intrigue à l'Américaine Joyce Carol Oates ou encore de l'Ukrainien Sergei Loznitsa qui est allé chercher "Une femme douce" chez Dostoïevski.
 
Outre les 19 films en compétition, les festivaliers pourront découvrir la saison 2 de "Top of the Lake" de Jane Campion et deux épisodes de la troisième saison du cultissime "Twin Peaks" de David Lynch. Ces séries figurent en sélection officielle (hors compétition), une consécration pour un format qui emprunte déjà au 7e art ses acteurs et ses réalisateurs.

 

 

Le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé le premier gouvernement de l'ère Macron, ce mercredi 17 mai. Personnalités locales, parité, bords politiques... On fait le point sur ce qu'il fallait retenir de cette annonce.

1. Personnalités locales

Deux figures locales composent l'équipe d'Edouard Philippe. 

Frédérique Vidal a été nommée ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle était présidente de l'Université de Nice-Sophia-Antipolis depuis mai 2012. 

 

Christophe Castaner, député des Alpes-de-Hautes-Provence né à Ollioules, dans le Var, devient secrétaire d'Etat, chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement. 

2. Parité respectée mais...

Avec onze femmes et onze hommes, le premier gouvernement d'Emmanuel Macron est paritaire.

En avril dernier, Emmanuel Macron promettait un ministère des droits des Femmes "plein et entier". Finalement, ce ministère n'est qu'un secrétariat d'Etat, alloué à Marlène Schiappa, romancière.

3. Des gens de gauche... Et de droite

Le nouveau gouvernement est composé de 22 membres, dont 18 ministres et 4 secrétaires d'Etat. 

A gauche, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense de François Hollande pendant cinq ans, devient ministre des Affaires étrangères. Gérard Collomb, "marcheur" de la première heure, hérite de l'Intérieur. 

Outre Jean-Yves Le Drian, Annick Girardin est la seconde rescapée de l'ère Hollande, retrouvant son portefeuille des Outre-Mer.

Au centre, François Bayrou s'occupe de la Justice, Sylvie Goulard des Armées et Marielle de Sarnez chargée des affaires européennes.

A droite, Bruno Le Maire est nommé ministre de l'Economie. L'Action et des Comptes publics revient à Gérald Darmanin. 

 

4. 7 ministres issus de la société civile

Parmi les nouveaux ministres figurent quatre socialistes (dont deux avaient rejoint En Marche!) deux radicaux de gauche, trois centristes, deux LR, les autres provenant de la société civile.

>> LIRE AUSSI. PHOTOS. Découvrez les nouveaux (et les anciens) visages du premier gouvernement de l'ère Macron

5. L'entrée en scène de Nicolas Hulot

Nicolas Hulot occupe une place de choix dans l'organigramme. Deuxième des ministres dans l'ordre protocolaire, il entre pour la première fois dans un gouvernement après avoir été candidat malheureux à la primaire des Verts pour la présidentielle de 2012.

L'ancien animateur d'Ushuaïa avait également été pressenti pour rejoindre un gouvernement Hollande en janvier 2016 après avoir été l'un des artisans de la COP21.

6. Plus de ministres que le gouvernement de Fillon

S'il est resserré, ce premier gouvernement de l'ère Macron compte davantage de ministres que le premier gouvernement Fillon. Celui-ci avait battu un record sous la Ve République en la matière avec seulement 15 ministres, quatre secrétaires d'Etat et un Haut-Commissaire.

7. Vérification de la situation fiscale des ministres

 

A l'origine, la composition du nouveau gouvernement devait être révélée ce mardi 16 mai en fin de journée.

Elle a été retardée pour "vérifier la situation fiscale" des ministres nommés. Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont souhaité introduire ce "temps de vérification" alors que "la loi prévoit que cette vérification ne s’opère qu’après leur nomination".

La direction générale des Finances publiques et la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique ont également contrôlé que les futurs ministres "ne se trouvaient pas dans des situations de conflit d’intérêt".

8. Le conseil des ministres aura lieu demain

Egalement reporté d'un jour, le Conseil des ministres se tiendra ce jeudi 18 mai à 11h00.

 

Le premier gouvernement, composé de 22 membres, du quinquennat Macron, a été dévoilé mercredi 17 mai après un report de 24 heures. Pour le Premier ministre, Edouard Philippe, il fallait remplir trois critères énoncés par le président de la République : un gouvernement paritaire, ouvert à la société civile, et enfin, à la fois "de droite et de gauche". Le pari est-il tenu ? Franceinfo fait le point.

 

La parité

Avec neuf ministres femmes et neuf hommes, le gouvernement est paritaire (si l'on exclut le Premier ministre). Même chose pour les quatre secrétaires d'Etat : deux femmes et deux hommes.  

Dans le détail, les trois ministres d'Etat – un titre honorifique qui atteste du poids dans le gouvernement – sont des hommes (Gérard Collomb à l'Intérieur ; François Bayrou à la Justice ; Nicolas Hulot à la Transition écologique et solidaire). Sylvie Goulard est la première femme à apparaître dans l'ordre protocolaire, comme ministre des Armées, à la quatrième place, mais sans le titre de ministre d'Etat. 

Enfin, on peut noter que les hommes du gouvernement sont, pour beaucoup, des "vieux routards" de la politique (Gérard Collomb, François Bayrou, Jean-Yves Le Drian, Bruno Le Maire...). Ce qui est moins le cas des femmes, qui sont plus issues de la société civile : Agnès Buzyn, Françoise Nyssen, Muriel Pénicaud, Frédérique Vidal, Laura Flessel... 

L'équilibre gauche-droite

A gauche, Gérard Collomb hérite de l'Intérieur. Membre de l'aile droite du PS, sénateur-maire de Lyon, soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, en larmes pendant la passation de pouvoirs dimanche à l'Elysée, il intègre pour la première fois, à 69 ans, un gouvernement. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense de François Hollande pendant cinq ans, devient ministre des Affaires étrangères. Un seul autre membre de l'équipe sortante de Bernard Cazeneuve reste au gouvernement : Annick Girardin, qui obtient le portefeuille de l'Outre-mer.

Parmi les fidèles d'Emmanuel Macron, Richard Ferrand, député PS sortant et secrétaire général de La République en marche, devient ministre de la Cohésion des territoires. Jacques Mézard, patron du groupe RDSE (radicaux) au Sénat, est nommé ministre de l'Agriculture.

A droite, dans la foulée de la nomination d'Edouard Philippe à Matignon, seules deux personnalités issues des Républicains rejoignent Emmanuel Macron : Bruno Le Maire est nommé ministre de l'Economie. Et le sarkozyste Gérald Darmanin est nommé ministre de l'Action et des Comptes publics.

Le gouvernement fait enfin la part belle aux centristes, avec le retour, pour la première fois depuis 1997 au sein d'un exécutif, de François Bayrou, à la Justice, accompagné de Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes de plein exercice, et de Sylvie Goulard, qui hérite des Armées.

Le renouvellement issu de la société civile

Le gouvernement compte huit ministres issus de la société civile et dix ministres "politiques". Comme nous l'avons signalé ci-dessus, les femmes sont sur-représentées dans la partie société civile du gouvernement : elles sont six sur huit. Ainsi, Agnès Buzyn, nommée ministre des Solidarités et de la Santé, préside la Haute Autorité de santé (elle a aussi présidé l'Institut national du cancer). La directrice de la maison d'édition Actes Sud, Françoise Nyssen, prend la tête du ministère de la Culture. 

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a dirigé l'agence nationale publique Business France ; elle a mené une carrière dans le privé en passant par des groupes comme Dassault Systèmes, Orange ou encore Danone. Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, dirigeait l'université Nice-Sophia-Antipolis, elle est aussi chercheuse en biochimie et biologie moléculaire et cellulaire. 

L'ancienne championne olympique d'épée à Atlanta (1996) Laura Flessel est nommée ministre des Sports. Enfin, la présidente de la RATP Elisabeth Borne est chargée des Transports.

Côté hommes, l'ancien animateur de télé et figure de l'écologie Nicolas Hulot intègre pour la première fois un gouvernement. Il est nommé à la Transition écologique. Et Jean-Michel Blanquer prend la tête de l'Education nationale. Ce juriste dirigeait jusque-là le groupe Essec, une grande école de commerce. 

La moyenne d'âge 

Si la France peut se vanter de bénéficier de l'un des plus jeunes chefs d'Etat du monde (39 ans), son gouvernement n'affiche pas la même jeunesse. La moyenne d'âge des ministres nommés par Edouard Philippe et Emmanuel Macron est de 54,6 ans. En 2012, le premier gouvernement de Jean-Marc Ayrault affichait une moyenne d'âge de 52,4 ans. 

A 34 ans, Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, est le ministre le plus jeune de ce gouvernement (le secrétaire d'Etat chargé du Numérique Mounir Mahjoubi est âgé de 33 ans). Gérard Collomb (Intérieur), Jean-Yves Le Drian (Europe et Affaires étrangères) et Jacques Mézard (Agriculture et Alimentation), tous les trois âgés de 69 ans, sont les doyens de ce gouvernement. 

 

 

Laissez un commentaire

Les dernières infos

Hommage poignant aux victimes du 14 juillet Hier soir Céline DIon a...
La cote d’azur terre de tournage ! EN 2016 au total 12 Longs métrages...

Téléchargez l'application Cannes Radio

Grille des programmes

Retrouvez
L'ensemble des programmes