PASSE D'ARMES A NICE

NICE MATIN
14 novembre 2017
Par Philippe MULLER

Conseil Municipal agité hier à Nice.

Avec une passes d’armes entre le maire Christian Estrosi et l’un des ses adjoints Auguste Verola, proche d’Eric Ciotti.

Auguste Vérola s’est vu retirer toutes ses délégations dont l’Etat civil après sa protestation en séance publique.

 

Christian Estrosi évoque une confiance rompue.

 

Au niveau des dossiers, la ville lancer le projet de création d’un hôtel de police au sein de l’ex hôpital Saint-Roch.

Il regrouperait en un seul lieu les différentes forces de sécurité et offrirait  de meilleures conditions de travail pour la police nationale.

Livraison prévisionnelle de ce projet? 2022 avec un début des travaux en 2019.


 

La Ville de Nice souhaite également faire renaitre les mythiques studios de la Victorine.

Un presque centenaire quasi à l’abandon.

Les élus niçois ont approuvé la reprise en régie municipale des fameux studios.  

Ce haut-lieu de l'industrie cinématographique sur la Côte d'Azur, qui depuis 1919 a vu défiler Marcel Carné, Roger Vadim, François Truffaut, Jean Cocteau, Jacques Demy et autres Alfred Hitchcock et Woody Allen, était géré depuis 1999 par un prestataire privé, sous la forme d'une délégation de service public.

Mais il "n'a pas développé l'activité et modernisé les équipements comme nous aurions pu l'attendre.

La ville compte nommer un groupe d’experts pour remettre sur pied les studios

Parmi ces personnalités citons les réalisateurs niçois césarisés Joann Sfar et Bertrand Bonello, le président du Festival de Cannes Pierre Lescure, le metteur en scène Claude Lelouch, les anciens présidents du CNC Eric Garandeau et Véronique Cayla ou encore le patron d'Orange-Cinéma, David Kessler.