Projection du film - Jusqu'à la lie

13 septembre 2019 à 9h47

CANNES RADIO

"Jusqu'à la lie" de Christian Le Hemonet est un thriller psychologique tourné à Cannes avec les acteurs : Yann Lerat, Cécile Peyrot, Annabelle Veltri, Franck Vidal, Manuel Bonnet et la participation de Murray Melvin (prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes en 1962 pour "Un goût de miel" de Tony Richardson.

Projection offerte en partenariat avec Cannes Cinéma et la Mairie de Cannes, en présence de l'équipe du film

Attention : certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes.

Synopsis :
Huit ans après qu'un pacte ait été conclu entre eux, Charlotte harcelée au téléphone, cède et accepte le rendez-vous d'Ulysse qu'elle prévoit particulièrement éprouvant.
Un honteux secret les lie. Autrefois endettée, elle avait alors accepté l'inacceptable. Ce beau célibataire qu'un ami lui avait présenté était-il l'amoureux inconsolable d'une liaison passée ou un déséquilibré ?
Et cet enfant qu'elle évoque à demi-mots, est-il vivant, mort ou imaginaire ?
Durant tout un après-midi ce couple improbable se déchirera, d'abord à fleurets mouchetés, puis de plus en plus violemment jusqu'au cruel dénouement.

Analyse de Gilles Gressard (critique cinéma de Positif, Studio CinéLive, Première, Mad-Movies...) :
Un petit castelet surplombant la Côte d’Azur, encombré d’objets art, de meubles et de tableaux hors du temps... Huis Clos étouffant et fascinant pour ce suspense policier, dramatique et psychanalytique qui aspire comme une spirale hypnotisante.
Un homme, entre deux âges, seul, piégé dans son narcissisme, englué dans sa solitude et ses problèmes... cachant une arme à feu et d’inquiétants traumas derrière une logorrhée de mots raffinés et surannés. Est-ce innocent si cet homme perdu dans son errance psychologique, se prénomme Ulysse ?
Une femme, une visiteuse, un mystère ? Ex-compagne ? Call girl ? Tueuse avide de vengeance ?
Ces deux personnages, prisonniers de cette demeure labyrinthe, se déchirent comme deux scorpions, s’attirent comme deux papillons.... jouent avec le feu, jouent au jeu du chat et de la souris.

Ces deux « Rumble fish », poissons combattants pataugeant dans le même marigot, emporte dans un grand huit d’amour sans hasard mais avec haine assumée, sur les traces des fantômes d’un Tennessee Williams ou d’un Edward Albee...
D’ailleurs, comme le couple d’ « Qui a peur de Virginia Woolf », les deux « Rumble fish » de « Jusqu’à la lie » jouent au jeu de l’enfant caché, disparu, inventé ! Le huis clos devient intense et, grâce à (ou malgré) des dialogues très littéraires, ils promènent dans un dédale de pièces et couloirs, sentiments et violence, dont on ne sort pas indemne. On suit ce couple de monstres trop humains non seulement pour voir jusqu’où ils iront dans l’ignominie, la destruction psychologique (auto et réciproque) mais pour connaître leur lourd secret... Détective de l’âme et détective du crime, venu ou à venir... Tel des petits Marlowe, lové dans son fauteuil de cinéma, on cherche notre propre « Faucon maltais », on plonge derrière ces deux « singuliers », à la recherche de l’innocence, disparue ou enfouie, qu’est l’enfance. Origine de ces blessures passées que les deux protagonistes s’infligent et s’automutilent jusqu’au sang... Jusqu’à la lie.
« Jusqu’à la lie » démarre moderato mais change rapidement de braquet vers le crescendo et le fortissimo. Une descente fascinante et sans complaisance ni concession, dans le Maelstrom des passions et des sentiments.

 A 19h
Entrée libre

Espace Miramar
35 Rue Pasteur,
06400 Cannes