Actualités

NICE S'IMPOSE, MONACO SOMBRE

26 septembre 2018 à 08h12 Par Philippe MULLER
Crédit photo : les nouvelles du foot

Les Aiglons se sont imposés 2-1 sur la pelouse du FC Nantes. Un résultat qui leur permet de se relancer après la défaite à Montpellier.

Les Niçois ont signé ce mardi soir leur troisième victoire de la saison, en se défaisant du FC Nantes (1-2). Contre une équipe peu inspirée, et toujours à la recherche d'un premier succès à domicile, le Gym a fait preuve de discipline et d'explosivité sur les contre-attaques.

Très présent dans les duels, Christophe Jallet a bonifié sa bonne première mi-temps par une réalisation au bout d'un raid et d'une remise en retrait de Saint-Maximin. Son plat du pied a trompé Tatarusanu avec l'aide du poteau (31')

L'OGC Nice s'est ensuite fait surprendre par Emiliano Sala sur un ballon profondeur de l'ex-Monégasque Boschillia (57'). L'Argentin aurait même pu doubler la mise dans la foulée, mais s'est heurté à Benitez. 

Mais les hommes de Patrick Vieira, qui restaient sur un revers sans saveur à Montpellier, ont trouvé les ressources pour l'emporter sur un joli but de Jean-Victor Makengo (son premier en Ligue 1) (69').

Avec cette victoire, leur troisième en sept matchs de championnat, les Aiglons remontent à la 9e place du classement avant les rencontres de mercredi. 

Prochain rendez-vous, samedi à l'Allianz face au PSG .

LA STAT

  1. Christophe Jallet a inscrit son 1er but en Ligue 1 depuis le 12 mars 2017, avec Lyon face à Toulouse, soit la fin d’une disette de 22 matches, rapporte OptaJean.

PATRICK VIEIRA (ENTRAÎNEUR DE NICE)

"C'est la réaction que j'attendais. On a joué avec beaucoup d'agressivité et d'envie. On s'est donné les moyens de gagner. On a besoin de tous les joueurs. On sait se créer les occasions. On a su jouer haut pour les empêcher de jouer et créer des occasions. On va s'améliorer et les mettre au fond. On a montré un mauvais visage à Montpellier. Ce soir, c'est mieux. Il faut le répéter match après match. On devait les empêcher de sortir de derrière, de jouer entre les lignes... on leur a posé beaucoup de problèmes. On sait qu'on peut être en danger si on leur laisse le ballon. On a beaucoup travaillé sans ballon, les uns pour les autres..."


 

Cette fois, c'est grave, tant la formation de Leonardo Jardim s'est montrée apathique, incapable de cadrer une frappe durant la partie. Sans rythme, l'équipe de la Principauté, sifflée par le Stade Louis-II, a coulé contre une équipe d'Angers bien organisée mais sans réel talent. Avec six points en sept rencontres (une victoire, trois nuls et trois défaites), Monaco est bien loin de ses standards.

La crise est là. Le milliardaire Dmitri Rybolovlev risque de commencer à s'impatienter. Face à une équipe d'Angers en 4-1-4-1, avec Tait et Capelle dans les couloirs pour bloquer les offensives monégasques, les hommes de Leonardo Jardim ont été dépassés durant toute la première période.

A la pause, Monaco n'avait pas cadré une frappe. Au contraire des Angevins. Sur la première, de Santamaria à 25 mètres, Benaglio se détendait bien pour écarter le ballon en corner (22). Il se rattrapait ainsi de son étrange sortie devant Tait, bien lancé par Capelle (19).

En revanche, à la 27e, il ne parvenait pas à rattraper les errances défensives de ses partenaires. Sidibé était débordé par Tait qui centrait. Jemerson dégageait alors sur Bahoken. L'ex-Niçois ne se faisait pas prier pour inscrire son deuxième but de la saison (0-1, 27). Devant ce néant, Jardim sortait Chadli à la mi-temps, pour lancer Pietro Pellegri.

Le jeune avant-centre (17 ans) était associé à Falcao devant. Le "Tigre" sortait alors un peu de sa torpeur. D'abord trop court sur un corner de Tielemans (56), il était magnifiquement repris par Bamba sur un centre d'Henrichs (61). Pourtant, malgré les entrées de Mboula (63), puis Diop (79), Monaco ne parvenait pas à cadrer une seule frappe avant la fin de la partie.

Angers repartait avec trois points sommes toutes mérités, tandis que les Rouge et Blanc s'enfonçaient dans la crise (NICE MATIN)