Actualités

LA QUINZAINE DES REALISATEURS DEVOILE SA SELECTION AVEC 24 LONGS METRAGES DU 7 AU 17 JUILLET A CANNES

09 juin 2021 à 09h12 Par Philippe MULLER

Après la sélection officielle, la Semaine de la critique et l'Acid, la Quinzaine des réalisateurs dévoilait ce matin la sélection sa 53e édition. 24 longs métrages ont été retenus, dont 22 cinéastes qui présenteront un film à Cannes pour la première fois.

Au total, 1395 longs métrages ont été soumis au comité de sélection (composé du délégué général Paolo Moretti, Michelle Carey, Anne Delseth, Claire Diao, Valentina Novati et Morgan Pokée) et 1917 courts métrages ont été reçus.

Le Carrosse d'or sera décerné cette année à Frederick Wiseman le 7 juillet, après la projection de Monrovia, Indiana.

Parmi les temps forts de cette sélection, mentionnons le retour de Juliette Binoche pour la présentation du film d'ouverture. Après avoir accompagné Claire Denis et son Beau soleil intérieur en 2017, la comédienne est la tête d'affiche de Ouistreham, adaptation du récit de Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham, réalisé par Emmanuel Carrère.

La voix d'Adèle Haenel est également en sélection par l'entremise de Retour à Reims (Fragments), d'après l'ouvrage de Didier Eribon, mis en scène par Jean-Gabriel Périot.

Parmi les cinéastes sélectionnés, notons une présence significative de réalisatrices, comme Joanna Hogg ou Clio Barnard, et dans la plus jeune génération Anaïs Volpé ou encore la comédienne Luana Bajrami (Portrait de la jeune fille en feu) qui présentera son tout premier long métrage, La Colline où rugissent les lionnes.

Une reprise des films sera organisée à Paris au Forum des images du 26 août au 5 septembre 2021.

Dévoilée ce mardi 8 juin 2021, découvrez la sélection officielle de la 53e édition de la Quinzaine des Réalisateurs :

LES LONGS MÉTRAGES :

 Ouistreham d'Emmanuel Carrère (film d'ouverture)
4 ans après Un beau soleil intérieur de Claire Denis en ouverture de la Quinzaine, la comédienne Juliette Binoche reviendra pour Ouistreham, d'après le livre Le Quai de Ouistreham.

Dans le récit autobiographique signé Florence Aubenas, la grande reporter avait tout lâché pendant plusieurs mois, s'inventant une nouvelle identité, et était partie travailler à Caen, en tant qu'agent de propreté, notamment sur les ferries reliant Caen-Ouistreham et Portsmouth. De petits boulots en petits boulots, Le Quai de Ouistreham offrait de beaux portraits de femmes, et une plongée dans la précarité.

Cette adaptation, par Emmanuel Carrère, transpose le récit et suit le personnage fictif de Marianne Winckler, une écrivaine connue, qui décide d’écrire un livre sur le travail précaire en vivant concrètement cette réalité. Elle se retrouve femme de ménage et découvre la vie à quelques euros près, la condition d’invisible de la société.

C’est une épreuve, mais pas seulement, car au fil de son immersion elle noue de vrais liens, des liens chaleureux et même joyeux avec quelques-unes de ses compagnes de galère. De l’entraide naît l’amitié, de l’amitié la confiance. Mais que devient-elle, cette confiance, quand éclate la vérité ? Le film sortira nationalement le 12 janvier 2022.

A Chiara de Jonas Carpignano
Ali & Ava de Clio Barnard
Clara Sola de Nathalie Alvarez Mesen
De bas étage de Yassine Qnia
Journal de Tûoa de Miguel Gomes & Maureen Fazendeiro
Le Patron et l'employé de Manuel Nieto Zas
Entre les vagues d'Anaïs Volpé
Europa d'Haider Rashid
Futura de Pietro Marcello, Alice Rohrwacher & Francesco Munzi
Hit the Road de Panah Panahi
Întregalde de Radu Muntean
La Colline où rugissent les lionnes de Luana Bajrami
De L’Heure de la sortie aux 2 Alfred, en passant par Portrait de la jeune fille en feu, Luana Bajrami s’est imposée comme l’un des plus grands espoirs du cinéma français. Mais il faudra peut-être aussi compter sur elle en tant que réalisatrice. Et c’est à la Quinzaine qu’elle dévoilera son baptême du feu : La Colline où rugissent les lionnes.

Tourné dans son Kosova natal, le long métrage se penche sur la quête d’indépendance, les rêves et les ambitions de trois jeunes femmes dans un petit village du pays. En septembre dernier, la comédienne nous confiait avoir été grandement encouragée par Céline Sciamma, conquise par son scénario, ce qui en fait un film à suivre de très près.

Les Magnétiques de Vincent Maël Cardona
Medusa d'Anita Rocha da Silveira
Murina d'Antoneta Alamat Kusijanović
Neptune Frost de Saul Williams & Anisia Uzeyman
A Night of Knowing Nothing de Payal Kapadia
La Légende du Roi Crabe d'Alessio Rigo de Righi & Matteo Zoppis
Retour à Reims (Fragments) de Jean-Gabriel Périot
Ripples of Life de Shujun Wei
Face à la mer d'Ely Dagher
The Souvenir de Joanna Hogg
Première visite sur la Croisette pour la Britannique Joanna Hogg. Et avec deux films pour le prix d’un ! La cinéaste présentera en effet les deux volets de son dyptique The Souvenir. Soit l’histoire d’amour, dans les années 80, entre une étudiante en cinéma et un homme complexe et charismatique, mais inquiétant. Basée sur la propre expérience de la réalisatrice, cette relation sera source de tensions entre l’héroïne et ses amis, ainsi que sa mère.

Et pour l’occasion, Tilda Swinton y donne le réplique à sa fille Honor Swinton-Byrne, ce qui ne manquera pas de donner plus de puissance à ce drame dont la première partie sortira chez nous le 29 décembre alors que la seconde n’a pas encore de date. Mais la Quinzaine devrait y remédier.

Mon légionnaire de Rachel Lang (film de clôture)
5 ans après le premier long métrage Baden Baden, la cinéaste Rachel Lang dévoile Mon légionnaire, porté notamment par Louis Garrel, Camille Cottin et la regrettée Ina Marija Bartaité, décédée d'un accident de la route à 25 ans.

Le pitch du film : Ils viennent de partout, ils ont désormais une chose en commun : la Légion Étrangère, leur nouvelle famille. Mon Légionnaire raconte leurs histoires : celle de ces femmes qui luttent pour garder leur amour bien vivant, celle de ces hommes qui se battent pour la France, celle de ces couples qui se construisent en territoire hostile.

(ALLO CINE)